Chaque destination a ses propres attraits et spécialités. Pour Cuba, il est difficile notamment de ne pas faire mention de son fameux cigare. En visitant le pays, on ne peut s’empêcher d’acheter le célèbre « habano » qui est considéré comme le meilleur cigare au monde. Les amateurs et les curieux s’empressent de le gouter. D’autres préfèrent seulement le humer et l’emporter en tant que souvenir de voyage.

Dans quelles régions est-ce que l’on produit le tabac sur les terres cubaines ?

Comme le cigare cubain ou « habano » ou encore « puro » figure parmi les articles souvenirs les plus incontournables du pays, il est intéressant de connaître ses régions productrices de tabac. Ainsi, la première région productrice de tabac à Cuba est Vuelta Abajo. Mais on compte également la Semi-Vuelta, Partido et la Vuelta Arriba.

Par ailleurs, vous ne manquerez pas de remarquer lors de votre séjour à Cuba que le habano existe sous différentes variétés. Celles-ci dépendent du tabac utilisé, mais aussi de la forme et de la taille du cigare. Notez également que tout le processus de fabrication du cigare cubain (à commencer par la récolte des feuilles) est soumis à des réglementations et que ce sont uniquement les fermes habilitées par le gouvernement qui sont autorisées à produire des habanos.

Comment se déroule la confection du célèbre habano ?

Puisque seul le tabac est l’ingrédient qui intervient dans la fabrication du cigare, il est crucial de s’assurer de sa qualité, mais aussi de le traiter correctement pour obtenir un habano digne de ce nom. Comment fabrique-t-on alors le célèbre cigare dans le pays de Castro ?

La culture du tabac

À Cuba, il existe trois grandes périodes qui rythment la culture du tabac tout au long de l’année. Ainsi, les champs sont d’abord labourés de juin à aout. Les deux mois qui suivent, c’est-à-dire de septembre à novembre, sont marqués par la période des semis. Les plants arriveront à maturité à partir du mois de décembre. La période des récoltes va alors de décembre à mars.

Les étapes du séchage, fermentation et vieillissement

Les feuilles de tabac sont récoltées à la main. Elles seront ensuite attachées par paires pour être séchées à l’air libre sur des perches de bois que l’on appelle « cujes ». Il faut entre 25 et 50 jours pour terminer l’étape de séchage. Après cette étape vient une autre : la fermentation (ou plutôt l’étape des fermentations), qui peut durer entre 25 et 90 jours. Enfin, pour la phase de vieillissement, il faut que les feuilles soient emballées dans des ballots d’écorce de palmier royal pour 6 mois à 2 ans.

La fabrication

Une fois l’étape de vieillissement terminée, place maintenant à la confection des fameux cigares. Les feuilles sont d’abord écotées (élimination de la nervure centrale). Elles seront ensuite triées selon leurs tailles, leurs textures et leurs couleurs. Après, le « torcedor » intervient pour sélectionner les feuilles qui composeront la tripe avant de les envelopper dans la sous-cape. Cette ébauche de cigare va alors être traitée dans une moule entre 20 à 60 minutes. Enfin, elle sera roulée dans la cape (l’enveloppe externe du habano) qui sera maintenue avec un point de résine pour qu’elle ne se déroule pas

Catégories : Voyages



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce blog est en ligne avec la collaboration de Cascadeweb